THD Performance Accompagner votre réussite !

Palmarès des TPE françaises

14 mai 2018

L’indice d’activité des très petites entreprises (TPE) est en timide frémissement avec une belle hausse pour les agences immobilières mais une chute pour les tabacs, les librairies, la presse et l’électroménager. L’Observatoire de la petite entreprise, mené par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) en partenariat avec Banque Populaire, fait un tour d’horizon des “tops” et des “flops” des TPE françaises, du bilan d’activité 2017 et des premières tendances 2018.

Cet observatoire est un « fondamental de l’information microéconomique » car il « trace les indicateurs profonds basés sur la comptabilité réelle des entreprises », explique Mikael Le Nezet, directeur du marché des professionnels Banques Populaires.

En effet, cette enquête exclusive menée par la FCGA en partenariat avec Banque Populaire présente les résultats basés sur des déclarations de TVA (on ne parle donc qu’en chiffre
d’affaires) d’un panel varié de 15 000 TPE et 26 professions des secteurs du commerce, de l’artisanat et des services.

Les TPE ne profitent pas encore de la conjoncture

« Malgré une conjoncture macroéconomique plutôt favorable, avec un PIB en hausse de 1,9 %, l’activité des TPE reste atone en 2017 », déplore Yves Marmont, président de la FCGA et président de la commission des études économiques.

Dans une économie globale positive dans l’absolu, avec des contrastes entre les professions, l’expert note « un petit recul sur les TPE » qui ne sont donc « pas les premières à profiter de l’augmentation de la croissance ».

Dans le commerce traditionnel, l’artisanat et les services de proximité, les performances économiques des TPE restent globalement négatives. En outre, généralement favorable au commerce de proximité, la fin de l’année s’est caractérisée par un ralentissement de la consommation des ménages (+ 0,3 % après + 0,5 %).

Toutefois, « on sent que les choses vont mieux », selon Bertrand Magnin, directeur du développement Banques Populaires (marché grand public) qui souligne que 5000 acteurs de son groupe accompagnent les TPE.

En 2017, le podium des TPE est composé des agences immobilières indépendantes dont l’activité bondit de manière spectaculaire (+ 9,4 %, après + 3,4 % en 2016), des commerces de vélos (+ 4,5 %, après + 2,5 %), et des entreprises de terrassement et travaux publics (+ 3,8 %, après – 1,8 %).Tout s’explique : les agences immobilières bénéficient de la bonne conjoncture du secteur immobilier et de la baisse des taux d’emprunts tandis que les entreprises de terrassement profitent du rebond du secteur du BTP.

Dans les secteurs en forme, on peut aussi citer, dans une moindre mesure, les carrossiers (+ 2,7 %), les entreprises de parcs et jardins (+ 2,2 %), les hôtels-restaurants (+ 1,6 %), les magasins de bricolage (+ 1,3 %) et les transporteurs de marchandises (+ 1,1 %).

En revanche, pas d’embellie pour les entreprises de l’artisanat du bâtiment, de l’équipement de la personne, et les métiers de la santé qui ont un chiffre d’affaires stable.

Les vecteurs de croissance pour les TPE

L’investissement, l’innovation, la digitalisation, la mise en avant de l’activité sur les réseaux sociaux et la fidélisation des clients sont autant de vecteurs de croissance qui sont facilement à la portée des dirigeants de petites entreprises.

Pour Yves Marmont, président de la FCGA, le souci est que les dirigeants de TPE n’ont pas encore pris la mesure de l’importance de la révolution digitale. Cette méconnaissance pose problème. « Quand on ne sait pas faire, on n’ose pas », souligne-t-il.

« Le vrai sujet aujourd’hui est celui de l’accompagnement », en déduit Mikael Le Nezet, directeur du marché des professionnels Banques Populaires.

Selon lui, les dirigeants de TPE, souvent isolés, ont du mal à s’adapter aux changements des pratiques de consommation et à la digitalisation. Ils font désormais face à          « beaucoup de concurrence avec le développement de nouveaux modes de consommation ».

Pour contrer ce phénomène, s’adapter et monter en gamme, ils doivent innover ou se faire accompagner.

Source : Affiches Parisiennes.