THD Performance Accompagner votre réussite !

Auto-entrepreneurs immatriculés en 2010 : moins d’un quart sont encore actifs

3 octobre 2017

Selon une étude de l’INSEE, cinq ans après leur immatriculation, 23 % des auto-entrepreneurs déclarés au premier semestre 2010 sont encore actifs sous ce régime.

Le bilan du régime des auto-entrepreneurs apparait mitigé selon la dernière étude de l’Insee. La mise en place en janvier 2009 du régime de l’auto-entrepreneur (requalifié micro-entrepreneur en 2014) a permis la création d’un grand nombre d’entreprises. En 2010, 360 000 auto-entrepreneurs se sont immatriculés, dont 191 000 au premier semestre. Ce régime représentait 58 % des créations de l’année et près de 80 % des nouvelles entreprises individuelles. En 2016, ces proportions ont diminué respectivement à 40 % et 61 %.

Peu d’auto-entrepreneurs sont encore actifs cinq ans après leur immatriculation

Cependant l’étude met en exergue que sur 100 auto-entrepreneurs immatriculés au premier semestre 2010, 38 n’ont jamais été actifs et leur radiation a été prononcée ; 62 ont effectivement démarré une activité économique. Parmi ces derniers, cinq ans après, 39 ont cessé en tant qu’auto-entrepreneur et 23 sont toujours actifs sous ce régime, soit une pérennité à cinq ans.

Les auto-entrepreneurs en activité principale sont plus pérennes

La pérennité à cinq ans des auto-entrepreneurs ayant démarré leur activité économique est plus élevée lorsqu’ils en ont fait leur activité principale : 41 % contre 34 % pour une activité de complément. Ainsi, pour une activité de complément, les chances de pérennité à cinq ans sont inférieures de 20 % à celles pour une activité principale. Toutefois, au fil du temps, l’activité d’auto-entrepreneur tend légèrement à rester ou devenir une activité d’appoint, relève l’étude.

Une disparité selon les secteurs

La proportion d’auto-entrepreneurs encore actifs après cinq ans est la plus élévée dans les activités de services aux ménages. Elle est de 46 % dans la santé humaine et l’action sociale, 35 % dans l’enseignement et 29 % dans les arts, spectacles et activités récréatives. Elle est plus faible que la moyenne dans l’information-communication et le commerce (19 %).

Un chiffre d’affaires annuel moyen de 10.200 euros

L’étude montre également qu’en 2014, le chiffre d’affaires annuel moyen des auto-entrepreneurs encore actifs sous ce régime fin 2015 est de 10 200 euros, soit 400 euros de moins que celui de 2012. Pour les auto-entrepreneurs exerçant en activité principale, le chiffre d’affaires de 2014 s’élève en moyenne à 12 800 euros ; il dépasse 5 000 euros pour 64 % d’entre eux. Pour ceux exerçant en activité de complément, le chiffre d’affaires est en moyenne bien moins élevé (7 700 euros en 2014) ; il est inférieur à 5 000 euros dans 56 % des cas. L’hébergement-restauration est le secteur le plus rémunérateur, avec en moyenne un chiffre d’affaires de 14 300 euros annuels.

Source : Arnaud DUMOURIER, Directeur de la rédaction “le monde du droit”